Exposition Corinne SZABO – « Les images ne meurent pas. »

Présentation de l'exposition Corinne SZABO : "Les images ne meurent pas." - du 9 octobre au 30 novembre 2019

Dans le sillage de L’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg (1), mes productions rendent compte de la permanence des images à travers les siècles. Des gestes, des postures, des figures, des affects revenant du passé s’inscrivent dans le présent et se croisent de manière intempestive dans les recto-verso des pages des magazines constituant ainsi des matériaux ready-made à collecter puis à réactiver.

À partir de l’examen de ces archives (Connaissances des arts, Beaux-Arts, Art Press…), la pratique consiste à sélectionner puis à fusionner des reproductions d’œuvres d’art en fonction des réminiscences plastiques et théoriques qu’elles émettent. Les pages arrachées sont disposées sur une table lumineuse afin d’être photographiées. La lumière traversant la page « éclaire » les associations existant entre les deux images fusionnées, la photographie obtenue « révèle » avec force un surgissement du passé susceptible d’engager une réflexion sur la persistance de l’héritage artistique.

Ces « images survivantes » (2), mixages de reproductions variées qui relèvent d’une création postmoderniste et appropriationniste (3), forment des interprétations transversales et anachroniques sur notre culture visuelle, déclenchent une expérience du « non-savoir qui nous éblouit chaque fois que nous posons notre regard sur une image de l’art. » (4).

Pour l’Espace Beaulieu, maison diocésaine de l’Eglise catholique, le choix des pièces s’est porté sur les « formules du pathos » (Aby Warburg) et sur « l’expression des passions humaines » (Charles Le Brun) afin de constituer une sorte d’archéologie de la douleur à travers la religion (5) ou la mythologie et de dresser un inventaire des états psychiques et corporels incarnés dans les œuvres de la culture figurative : figures mélancoliques, endeuillées, expressions passionnelles. Les montages présentés transforment les images en une écriture émotionnelle et proposent de nouveau une archive pour notre mémoire collective.

Corinne Szabo, pour l’Espace Beaulieu, octobre 2019


(1) Aby Warburg constitue son atlas Mnémosyne de 1924 jusqu’à sa mort en 1929. Issu de la pratique du montage, l’historien a constitué cet atlas d’images à partir de tableaux noirs épinglés de reproductions d’œuvres d’art. Chaque planche fait un rappel mémoriel de figures anciennes reproduites en continu dans les arts visuels et permet de créer des associations en vue d’une histoire des formes sous l’angle anachronique.

(2) Le terme est de Georges Didi-Huberman dans L’Image survivante, Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Minuit, 2000

(3) Déconstruisant le mythe de l’originalité et de la nouveauté, les artistes de la fin du XXe siècle remettent en question la pureté du médium, le chef-d’œuvre unique et la paternité en pratiquant un art de réappropraition.

(4) Georges Didi-Huberman, Devant l’image, Paris, Minuit, 1990

(5) Des lamentations antiques jusqu’aux œuvres de Marina Abramovic, la souffrance est l’un des terrain d’expérimentation favoris des artistes faisant de la Passion du Christ le modèle d’une iconographie de la douleur.

Biographie de Corinne SZABO

Corinne Szabo est née en 1970 à Bergerac. Professeure agrégée d’arts plastiques, elle enseigne l’histoire des arts dans les classes préparatoires (khâgne et hypokhâgne) du lycée Montaigne de Bordeaux et à l’ICART (École du management de la culture et du marché de l’art).

Diplômée de l’Université de Bordeaux III, elle est titulaire d’une Maîtrise d’arts plastiques portant sur la Pratique appropriationniste des années 80 ainsi qu’un DEA sur l’Esthétique du collage.

Elle rejoint l’enseignement en 1995 et fait ses débuts dans différents collèges et lycées des Académies de Versailles et d’Orléans-Tours.

En 2010, elle obtient le poste de chaire supérieure du lycée Montaigne à Bordeaux.

 

En 2011, Corinne Szabo crée l’espace d’exposition Vitrine des essais basé sur un partenariat entre les étudiants des classes préparatoires et les institutions bordelaises (Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, Musée d’Aquitaine, Galerie Silicone, Agence créative…) dans un travail commun de montage d’expositions, d’écriture et de communication.

 

En 2013, Corinne Szabo s’inscrit en thèse d’arts plastiques et de sciences de l’art sur le thème de La réminiscence des œuvres anciennes dans le champ contemporain afin d’interroger la survivance et la subsistance des images dans notre culture. Dans le cadre de cette thèse, elle publie un article sur Jean Sabrier pour les Documents D’Artistes d’Aquitaine : Jean Sabrier, l’interprétation duchampienne (1)

Elle publie régulièrement des textes de critique d’art dans la revue Point contemporain (2) en analysant les pratiques d’artistes sous l’influence des formes du passé.

 

Elle pratique une activité artistique de « collage photographique » en relation avec la mémorisation et la réactivation de notre culture visuelle. Elle expose ce travail pour la première fois à l’Espace Beaulieu de Bordeaux.

(1) http://www.dda-aquitaine.org/fr/etudes-et-recherches/corinne-szabo-jean-sabrier-l-interprétation-duchampienne-11-juin-2013.html

(2) http://pointcontemporain.com/tag/corinne-szabo/

Vernissage : Mercredi 9 octobre - 18h30

Vidéo de présentation de l'exposition Corinne SZABO "les images ne meurent pas."

Affiche de l'exposition Corinne SZABO "les images ne meurent pas."